Proverbe 

Mariage, pluvieux et heureux , formé à partir de la version longue du proverbe :" Mariage pluvieux, mariage heureux, venteux maleureux". Ce dicton est formé sur l'association entre des mariés.

Ne pas confondre avec l'expression mariage plus vieux, mariage heureux qui, selon R. Galisson,  est une  déformation récente de l'expression originale "mariage pluvieux, mariage heureux". Cette forme n'apparaît qu'a la fin du xxe siècle.

Une union de deux personnes par temps de pluie a des chances de se prolonger dans la joie.

de l'eau sur la mariée, de l'or dans le panier.

la pluie amène le bonheur et la prospérité, le vent est porteur de querelle.

Histoire de la crémaillère 

Pendre la crémaillère est une expression pour désigner un repas ou une fête organisé pour célébrer un emménagement.

 Traditionnellement les invités apportent des cadeaux pour célébrer l'occasion L'expression provient d'une tradition médiévale.

À la fin de la construction d'une maison, il était de coutume d'inviter toutes les personnes ayant contribué aux travaux à venir manger, afin de les remercier. Au Moyen Âge, la cuisson se faisait avec une marmite dans l'âtre de la cheminée. Afin de cuire plus ou moins fort la nourriture, on utilisait une crémaillère, qui permettait de pendre la marmite plus ou moins près du feu. La crémaillère était la dernière chose installée dans une maison et marquait la fin de l'emménagement, et le début du repas de remerciement.

La pendaison de crémaillère était donc une façon de dire aux amis et à la famille : « La maison est finie ; nous pouvons festoyer ensemble ».

Aujourd'hui, cette expression signifie inviter les amis à un repas, ou à une fête, pour célébrer un emménagement (même lorsque l'habitation n'a pas de cheminée). C'est une occasion de faire la fête. On remarque désormais l'emploi de cette expression pour l’inauguration officielle de bâtiments ou le lancement d'un évènement d'importance.

La coutume s'accompagne généralement de l'apport de présents pour le nouveau propriétaire ou locataire, qui lui seront utiles pour sa nouvelle installation.

Dans le Monde , en anglais, la célébration prend le nom de housewarming, littéralement « chauffage de la maison ». La tradition voulait que chaque invité amène un peu de bois pour lancer le premier feu dans la cheminée d'une nouvelle maison, et en chasser les esprits. Au Québec, la pendaison de crémaillère est habituellement célébrée sous forme de fête où l'on apporte un cadeau  pour les hôtes.

La pluie de riz

Il vous est sûrement arrivé de jeter du riz à la sortie de la mairie ou de l'office religieux , et vous avez peut-être pensé qu'il s'agissait d'une tradition récente.

Erreur . Cette coutume très ancienne a pour but de protéger les mariés des esprits malins et de leur transférer la fertilité des graines.

de nos jours, le riz est parfois remplacé par des confettis , des pétales de rose ou un lâcher de papillons

Conseil n°1

Avant de choisir une animation pour votre sortie d'église, pensez à demander l'accord du prêtre ou du maire sur ce que vous voulez lancer.

Conseil n°2

Gardez à l'esprit qu'après votre cérémonie il faudra nettoyer. Lequel de vos témoins se portera volontaire ? (Etant quelqu'un de très emphatique, je ne m'étalerai donc pas sur les fameux confettis... vos témoins pourront me dire merci!)

Les quatres éléments du bonheur

"Quelque chose de vieux, de neuf, de prêté et de bleu".

Cette phrase tés connue nous vient d'Outre-Manche et apparaît en France à la fin du XIX siècle.

Chaque marié doit porter sur elle quatre objets.

" Quelque chose de vieux" symbolise  sa famille et sa vie jusqu'au jour du mariage.

Un bijou peut très bien faire l'affaire "

quelque chose de neuf", comme par exemple la robe de la mariée, représente la chance 

et la succès dans sa nouvelle vie.*

 

" Quelque chose de prêt" , qui appartient à une amie marié et heureuse dans la vie, apporte réussite et bonheur au jeune couple.

 

"Quelque chose de bleu de couleur de la pureté et de la fidélité:

la marié choisit un accessoire discret, comme un mouchoir ou un ruban cousu à l’intérieur de sa robe.

             La Jarretière

Bien avant l'apparition des listes de mariage, les invités se devaient de participer financièrement au départ dans la vie du jeune couple.

La jarretière, bande de dentelle et de ruban, était dérobée par un garçon d'honneur qui la mettait dans l'une des chaussures de la mariée pour faire la quête..Elle est maintenant mise aux enchères, et le plus offrant la conserve ou la découpe  pour distribuer des morceaux aux invités non aux mariés.

               Les alliances 

Depuis la nuit des temps, pour sceller leur engagement, les amoureux s'échangent  des anneaux.

Les alliances restent aujourd'hui encore le symbole de l'amour et de la fidélité.

La tradition veut qu'elles se portent à l'annulaire gauche, croyance  de l’antiquité égyptienne selon laquelle une veine relierait ce doit au cœur.

                  Les bans

Charlemagne institua l'obligation de puplier les bans pour éviter les filiations souvent douteuses, la consanguinité  et l'inceste .

Un mariage ne peu être célébré avant la fin de la publication des bans, qui dure au moins dix jours.

Les portes de la mairie doivent rester ouvertes pendant la cérémonie, afin que toute personne ait la possibilité de s'opposer au mariage. 

                  Le voile

Mêmes'il est vrai que le mot" voile" est plus souvent employé pour parler d'une femme en deuil, et que cette tradition se perd peu à peu, certaines mariées arrivent encore " voilée" jusqu'à  devant l'autel  l’église.

Cette tradition du voile pourrait provenir de l'époque  ancienne où  l'homme kidnappait la future femme de son choix" coutume" qui se serait ensuite transformée à l'époque des mariages arrangés, pour devenir une habitude de masquer le visage de la mariée jusqu'au moment où les époux était officiellement engagés. ainsi, les critères physiques ne devais pas entrer en ligne de compte pour le mariage.

De nos jours, à la la fin des cérémonies, la mariée qui porte un voile en tulle, le découpe en rubans assez long et les distribue aux femmes célibataires  présentes, en gage de leur mariage prochain.

    Le bouquet de fleur 

Selon la tradition, c'est le marié qui doit acheter le bouquet de la mariée.

donnez-lui tout de même quelques indices de styles et couleurs.

Autre coutume:

le lancer du bouquet.

la mariée, placée dos aux jeunes femmes célibataires,

lance son bouquet.

Celle qui le l'attrape est censée être  la prochaine à ce marier

 astuce 

si vous lancez votre bouquet à vos amies célibataire, mais que vous auriez aimé le conserver, commandez en un autre identique ou plus simple dont vous vous séparerez facilement.

 

pour conserver son bouquet :

pour conserver un bouquet de fleurs fraîches, vaporiser de la laque à 30 centimètres environ et suspendez-le à l'envers dans une pièce sombre ou un placard pour éviter que les couleurs ne s'estompent. sachez que certaines fleurs réagissent mieux que d'autres à cette conservation.

la solution idéale: faire réaliser avant le mariage un bouquet< stabilisé>. la sève des végétaux est remplacée par une sève synthétique qui stoppe leur développement. vos fleurs gardent leur éclat naturel pour quelque années.

Porter la mariée pour franchir le seuil 

il existe deux explications à cette tradition qui consite pour le maré à port son épouse lorsqu'ils franchissent la porte de  leur maison pour la premiere fois en tant que mari et femme. 

la premiere de protéger la mariée de mauvais esprits censés attendre sur le seuil de la porte.

la deuxieme explication fait référence à l'époque romaine.

lorsquelorqu'on croyait que si la mariée trébuchait au moment d'entrer dans la maison pour la premiere fois , cela serait un signe de malchance et mettrait en danger leur mariage .ainsi, porter la mariée à ce moment fatidique éloignerait le malheur.

              Les dragées

La tradition des dragées n'est pas liée à la religion: on les retrouve à l’occasion de toute les fêtes familiales et les dragées restent une tradition très vivace.

Tout commença avec l'amande que, dans la grèce antique , on trempait dans du miel avant de la déguster.

C'est d'ailleurs une légende greque qui a associé les amandes à l'amour: un jeune homme grec, devait épouser la femme qu'il aimait, mais estimant mal le temps nécessaire au voyage, il ne revint que trois mois plus tard. durant ce temps, la jeune femme, persuadée  que son amour ne reviendra pas, se donne la mort par pendaison. 

Les dieux,  touchés par cette preuve d'amour si intense, la transforme alors en amandier, arbre qui se met à fleurir lorsque le jeune homme lui offre son amour éternel....

Dès le 16 eme siècle, il est fait une grande consommation de dragées.

Les monarques eux-mêmes ont un drageoir dans la poche.

en 1651, Colbert, ministre et fondateur de l'académie des sciences, note qu'il se fait à Verdun un grand commerce  de dragées.A cette époque, c'est en effet à Verdun, en 1220, que sont fabriquées les premières dragées.A cette date, les dragées sont vendus aux femmes enceintes par les apothicaires, comme bienfaisantes pour leur grossesse .

Les enfants d'honneurs

Les demoiselles et garons d'honneur se devaient d'être habillès comme les mariées pour protéger des démons.

De cette façon, les mauvais esprits ne pouvaient plus distinguer le jeune couple.

Maintenant, sans être la reprotuction des mariés en miniature, les enfants portent des tenue habillées et sont trés remarqués par l'assemblée.

Se mettre à la gauche de son époux

Durant la cérémonie, la mariée se tient à gauche et le marié à droite, et normalement il en est ainsi durant toute la journée.

Cette tradition très ancienne découle de l'époque où l'homme jetait un drap sur la tête de la futures femme avant de la  kidnapper, et où il devait parfois croiser le fer avec les hommes de sa famille ou d'autres prétendants.

En tenant la mariée avec sa main gauche( et sachant que les droitiers sont majoritaires), il laissait ainsi sa main droite disponible pour se servir de son épée.

                  Le pot chambre

La tradition du pot de chambre est une coutume française. Il semblerait qu’il n’y a que dans notre pays que l’on retrouve cette habitude au cours des noces. Plus précisément, c’est dans l’Aveyron que serait né ce rituel.

Qu’est-ce que le pot de chambre ?

Cette tradition veut que les invités fassent avaler aux mariés un mélange de nourriture et/ou d’alcool contenu dans un pot de chambre. Le mélange est censé être constitué des restes du banquet, généralement un mélange d’alcools. On retrouve aussi très fréquemment dans le pot de chambre des bananes recouvertes de chocolat et de champagne, et parfois même de papier toilette. Certains y mettront aussi du pain et autres nourritures.

Comment se passe ce rituel ?

Le soir de leur mariage, les mariés partent se coucher dans un endroit tenu secret de l’ensemble des convives. Ceux-ci doivent alors partir à leur recherche afin de leur faire déguster cette étrange mixture à laquelle ils devront aussi goûter par la suite. Si les mariés doivent bien se cacher, la tradition veut qu’ils soient toujours découverts.

À quel moment se déroule cette coutume ?

À l’origine, le pot de chambre était apporté aux mariés le matin. En effet, celui-ci était censé redonner force et vigueur au couple une fois leur nuit de noce achevée. Ce fort breuvage symbolise également le passage de l’enfance à l’âge adulte, tout comme le changement de statut, de célibataires à jeunes mariés.

Aujourd’hui, il semble que les personnes ayant toujours recours à cette coutume la réalisent plutôt le soir, une fois la fête terminée. Les mariés vont alors se coucher dans leur espace secret, et leurs proches partent rapidement à leur recherche munis du fameux mélange.

Cette vieille tradition longtemps tombée en désuétude semble à nouveau faire son apparition dans les soirées de mariage.

Qu’en est-il chez vous ? Le pot de chambre est-il au programme de votre grand jour ?

                 Fête des Pères

Fête des Pères: histoire et traditions

Fête célébrée en l'honneur des pères de famille, quand et pourquoi la célèbre-t-on ?

Catégories : Fête des Pères ...

Tags : fête, pères, Saint Joseph, ...

Date de publication : 03/06/2014
Date de derniere modification : 05/08/2015

Du Moyen Age à aujourd'hui

 

La fête des Pères est une fête d'origine catholique où les papas du monde entier sont à l'honneur.

Directement liée à la célébration de la fête des Mères, la fête des Pères ne se fête pas toujours à la même date et diffère suivant les pays.

 

Au Moyen Age, la fête des Pères était célébrée le 19 Mars de chaque année, jour de la Saint Joseph, père de Jésus (par représentation).

Certains pays de culture religieuse, ont conservé cette date, mais en France, en 1952, la fête des Pères a été fixée par décret au3ème dimanche du mois de Juin.

 

Origines de la fête des mères

Origines de la fête des mères

Les origines de la fête des mères sont souvent mal connues. De nombreuses fausses idées circulent à ce sujet comme notamment qu'il s'agirait d'une fête créée par le gouvernement de Vichy. Il n'en est rien. Ses origines sont plus anciennes. La déesse mère était fêtée déjà dans notre histoire lointaine mais la célébration que nous connaissons daterait plutôt du début du XXème siècle et viendrait des Etats Unis.

Histoire & origine - date de création

Une très longue histoire : L'histoire de la fête des mères trouve racine dans la lointaine l'antiquité. Le culte de la déesse mère - c'est à dire de la fécondité est attesté au paléolithique et peut constituer un point d'origine. Plus tard, les grecs et ensuite les romains célébraient la déesse de l'Aube et de l'enfantement (Mater Matuta) - Cette fête se tenait le 11 juin. Par la suite les divers cultes de célébration de la fécondité ou de la mère furent ardemment combattus par l'église qui voyait d'un très mauvais œil le développement de rites païens.

Une origine américaine : Oubliée pendant des siècles, la fête des mères réapparait au début du XXème siècle aux Etats Unis. En effet, en 1911, Ana Jarvis, une américaine de Virginie Occidentale, très affectée par la mort de sa mère quelques années plus tôt, lance une grande campagne afin que partout dans le pays on célèbre le fameux Mother's day. En 1914, le Président Wilson adopte l'idée et instaure officiellement la fête des mères le 2ème dimanche de mai... On peut aujourd'hui considérer cette date comme l'origine moderne de la fête des mères.

En France : Dans l'hexagone, l'officialisation sous sa forme actuelle ne date que de 1950. En Europe, elle fût remise au gout du jour par les gouvernements de différents pays pour favoriser la natalité. Il ne s'agit en aucun cas d'une création du gouvernement de Pétain - d'une fête pétainiste comme on l'entend très souvent. En effet, Napoléon, en 1806, ébauchait déja un projet de fête des mères, mais c'est le 16 Juin 1918 que la première « Journée des Mères » fut célébrée à Lyon sur l’initiative du colonel de la Croix-Laval. Ensuite en 1920 le Ministre de l’Intérieur autorise la première « Journée nationale des Mères de famille nombreuses » et enfin le 24 mai 1950, Vincent Auriol, le Président de la République fait voter un texte de loi officiel.

La date : En France la date peut varier car elle est fixée le dernier dimanche de mai sauf si celui ci coïncide avec le week-end de Pentecôte. Auquel cas la fête des mères est décalée au dimanche suivant.

Catherinettes: définition, origines et tradition

Avant d'être une fête réservée aux jeunes femmes célibataires, les catherinettes est un événement chargé d'histoire et de tradition

Une catherinette est une jeune femme âgée de 25 ans ou plus, qui célèbre la Sainte Catherine parce qu’elle est célibataire. Pour l’occasion, elle porte un chapeau orné de vert et de jaune.

 D’où vient cette tradition ?

La légende remonte au IVème siècle quand Catherine d'Alexandrie, fille du roi de Cilicie, fut martyrisée par l’empereur Maximin après avoir refusé de l’épouser.

Elle mourut un 25 Novembre entre 305 et 310 après J.C.

Depuis lors, dans les églises, les statues de Sainte Catherine étaient ornées d’une coiffe qui était renouvelée chaque 25 Novembre par des jeunes femmes vierges et célibataires de plus de 25 ans. A l’origine, ce privilège était réservé à la plus âgée des jeunes filles, et cette dernière pouvait implorer Sainte Catherine, la sainte patronne des jeunes filles célibataires, pour trouver un mari. Elles étaient ainsi appelées « reine Sainte-Catherine ».

Bien que beaucoup plus rares, les hommes célibataires de plus de 25 ans pouvaient eux aussi, dans certaines régions, se prêter à cette coutume. Le « roi de la Sainte Catherine » procédait alors au même rituel. Plus généralement, le saint patron des jeunes hommes célibataires est Saint Nicolas. Mais pour les hommes, il faut avoir 30 ans !

Quand les jeunes filles « coiffent Sainte Catherine », les jeunes hommes célibataires « portent la crosse de Nicolas ».

L’événement des Catherinettes

 

Dans le respect de la tradition, les catherinettes sont fêtées le 25 Novembre, jour de la Sainte Catherine.

Les jeunes femmes célibataires de plus de 25 ans portent des chapeaux multicolores avec dominantes de jaune et de vert, confectionnés par des proches, des collègues ou des amis.

Parfois perçue comme « le bizutage » des femmes célibataires, cette fête, en comité restreint, se veut enjouée et gaie.

Quand, au début du XXème siècle, une femme devait se marier avant son 20ème anniversaire pour espérer épouser un mari de « bon parti », aujourd’hui, le célibat des trentenaires est devenu un phénomène de société et est largement exploité par le cinéma international.

Les études secondaires rallongent, les enfants quittent le foyer familial plus tard, et il est devenu fréquent de nos jours de rencontrer des célibataires de plus de 25 ans.

C’est la raison pour laquelle la tradition des catherinettes se fait plus discrète. Elles sont cependant toujours célébrées dans certaines régions de France et notamment à Paris ou dans certains milieux comme celui de la mode.

- Les Marguerites et Les Roses :

Au Moyen-Age, lorsque la main d'une demoiselle était demandée, cette femme pouvait porter une couronne de marguerites, indiquant qu'elle prenait le temps de considérer la demande, ou une couronne de roses, indiquant qu'elle acceptait la requête de son futur époux.

Les Colombes :

symbolisent la monogamie : Ces oiseaux monogames forment des couples unis pour la vie, et sont un exemple de fidélité absolue.

Les Couleurs : Le blanc symbolise la virginité, le bleu symbolise la fidélité, le gris symbolise les voyages lointains, le vert symbolise la pudeur, le noir symbolise le refus du mariage, et le jaune symbolise l'adultère.

 Le Lierre symbolise l'attachement et l'amour éternel : Cela provient de son feuillage toujours vert et de sa propension à se fixer fortement là où il pousse.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now